Merveilles du monde hurlant, tome 1: La ville des mystères – Julien Hirt

Aujourd’hui j’ai envie de vous faire découvrir ma lecture en cours, au travers d’un extrait, de citations, d’infos sur l’auteur, la maison d’éditions ainsi que l’illustratrice de la couverture, pour finir par un aperçu de la suite avec le résumé du second tome de la saga. Je n’ai pas encore fini ce roman mais je peux dors et déjà vous dire que c’est une lecture très agréable que je vous conseille. Alors bonne découverte et bonne lecture !

Titre: La Ville des Mystères
Série: Merveilles du Monde Hurlant – tome 1/2
Auteur: Julien Hirt
Éditeur: Éditions Le Héron d’Argent
Illustration de couverture: Élodie Dumoulin
Format: broché – 336 pages – 20 € / Numérique – 439 pages – 5,99 €
Sortie: novembre 2016
Genre: Fantasy steampunk

Résumé:

Un petit conseil: même si vous en voulez à la Terre entière, si un gros poisson rouge flotte peinard dans votre rue, ne le suivez surtout pas ! Moi, Tim Keller, seize ans et un peu paumée, ça a été la pire erreur de ma vie. Résultat, je me retrouve piégée dans un monde rempli de magiciens, de filles-plantes incroyablement agaçantes et de chevaliers Luminars. Ici, à Entremer, tout le monde me prend pour une dangereuse révolutionnaire. Pourtant, tout ce que je veux, c’est rentrer chez moi! Mais avant, je dois retrouver la trace de Voland, le mec qui m’a tapé dans l’oeil: même si tout le monde me dit qu’il pourrait causer la destruction de l’univers…

Plongez dans une fantasy steampunk hallucinée, à la découverte des Merveilles du Monde Hurlant !

Extrait:

La porte explosa.

Mon coeur manqua un battement. Une déflagration délogea le lourd portail de chêne de plus de huit mètres de haut, disloqué comme un cabanon de jardin dans une tempête. Le bruit était assourdissant. Il était tellement fort qu’il me fit perdre l’ouïe quelques instants, mon audition étant remplacée par un sifflement désagréable. Un grand panache de fumée ocre fut soulevé en tous sens, réduisant à nouveau la visibilité à néant. Puis ce fut le tour de la muraille attenante, qui vola en éclats sous l’effet d’une autre série d’explosions. Des débris gros comme des rochers s’abattirent tout autour dans une pluie meurtrière.

« On fonce ! » dis-je à mes camarades, avant de me mettre à courir aussi vite que possible en direction de cette ouverture inattendue. Nous nous sommes engouffrés en plein coeur du nuage de poussière, à l’endroit où, il y a quelques instants, se trouvait encore la grande porte de l’ouest du Camp de l’Ataraxie.

Je levai les yeux et alors que je sortais de panache de poussière, je vis dans le ciel nocturne d’Entremer les trois lunes de ce monde, une brillante, une pâle et une sombre, qui se découpaient au-dessus des toits. Une rue. J’étais dans une rue. J’étais enfin sortie de cet endroit de cauchemar. Tout autour de moi, quelques dizaines d’esclaves battaient le pavé de toutes leurs forces, poussant des cris de triomphe en jouissant de leurs premières enjambées d’hommes libres depuis bien longtemps. J’avais les poumons en feu et la plante des pieds en sang, mais je m’en fichais: j’étais libre, enfin libre!

Enfin presque. Comme d’habitude, je m’étais réjouie un peu tôt. Face à nous, dans une grande artère, nous nous sommes retrouvés nez à nez avec un groupe d’hommes en armes qui nous barraient le passage sur toute la largeur de l’avenue. Ils portaient des armures de cuir noir frappées d’une flamme bleue, emblème d’Entremer. En nous voyant arriver, leur chef sourit d’un air carnassier.

Fin du chapitre 5
Source: Le Héron d’Argent

Si les despotes brûlent les livres avant de briser les lances, c’est parce qu’ils savent qu’une seule phrase peut réécrire le monde.

Julien Hirt

Son père lui racontait des histoires avant de dormir, sa mère lui lisait « Le seigneur des anneaux »: né en Suisse en 1973, Julien Hirt s’est donc tourné très tôt vers les littératures de l’imaginaire… Papa de deux petits garçons, journaliste et animateur radio, il est également l’auteur de contes, nouvelles, jeux de rôles et pièces de théâtre. « La Ville des Mystères » est son premier roman.

BabélioSite internetTwitterFacebook Livraddict

Source photo: Babélio / Source biographie: Le héron d’argent

Des cristaux de roche poussaient dans les murs et émergeaient à tout moment des parois, des toits, de la chaussée. Les plus petits étaient à peine plus épais qu’une brindille. Certains étaient aussi gros qu’un camion et ils démolissaient tout sur leur passage. Il y en avait qui germaient à la vitesse d’une rose, d’autres qu’on pouvait voir grandir à l’œil nu. J’vais beau tenter de me mettre en tête qu’il ne s’agissait de rien de plus que des parasites, je gloussais d’enthousiasme à voir le soleil se refléter dans ces formations cristallines.

Éditions Le Héron d’Argent

Les éditions Le Héron d’Argent défendent une littérature exigeante d’écrivains et d’artistes de langue française proches de leur public et passionnés par leur Art.
Leur ligne éditoriale présente des ouvrages de finition soignée, aux détails argentés et à l’imaginaire fertile.

Site internetFacebookTwitter

Source photo et biographie: Le Héron d’Argent

Mes mains tâtonnèrent en direction de la pile d’objets que j’avais collectés, mes doigts glissèrent machinalement sous l’étoffe du paquet de Drendel, en direction de la garde du sabre. Je la saisis comme un noyé s’accroche à une bouée, et la brandis en direction des gardes. La pointe de la vieille lame tremblait beaucoup plus que je ne l’aurais souhaité…

Élodie Dumoulin

Élodie Dumoulin, aka Lodgraph, est une illustratrice freelance spécialisée dans la fantasy, le médiéval fantastique et le steampunk.
Diplômée de l’école Pivaut d’art appliqué, elle travaille également comme graphiste publicitaire. Elle fait de l’illustration fantastique depuis une douzaine d’années.

FacebookSite internet

Source photo et biographie: Le Héron d’Argent

Donc je l’ai tué, je ne sais pas trop comment. Juste la terrible décision, suivie d’un voile noir et d’une contraction dans mes muscles, puis cette image de cauchemar de ma lame enfoncée dans le torse de cet être humain, qui lui perforait la chair et lui transperçait un poumon, bloquait son souffle et libérait un fleuve rouge vif qui dégringolait le long de mon sabre, tandis que le garde me regardait droit dans les yeux, avec des orbites qui étaient déjà en train de se ternir comme de vieilles prunes, son corps s’abattant ensuite à mes pieds, d’un bruit semblable à la pesanteur de mon remords…

Suite et fin de la saga

Vous avez déjà remarqué ? Parfois, quand on obtient exactement ce qu’on voulait, c’est la catastrophe.
J’ai enfin retrouvé Voland, le salaud qui avait fait battre mon coeur. Lui, le beau gosse ténébreux pour lequel j’ai suivi un poisson rouge dans le chaos, lancé une émeute dans un camp de prisonniers, risqué ma vie des dizaines de fois… Quelle cruche j’ai été !
Aujourd’hui, je ne rêve plus que de vengeance.
Cela dit, pour le moment, je suis devenue pirate sur une mer infestée de krakens, avec un beau capitaine qui me fait de l’oeil…
Mon nom est Tim Keller. Prêts à embarquer ?
Découvrez la conclusion haletante des Merveilles du Monde Hurlant !

Vous pouvez trouver ces deux romans sur le site de la maison d’édition Le Héron d’Argent


KAT
Co-fondatrice
Webmaster
Rédactrice
Chroniqueuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s